Le positionnement des français dans l’export des bovins vivants



Le commerce de bovins vivants en France est en croissance régulière. Plusieurs types de bovins sont exportés principalement vers les pays tiers tels que les veaux, les broutards et les vaches laitières (de races: Holstein "Prim'holstein", montbéliarde, Brune des Alpes, Normandes, Simmental, Charolais, Aubrac, Limousin, Blond d'aquitaine ...etc).

Les exportations de bovins vivants à l’origine de France représentent environ 1,2 milliard d’euros (en 2010). Le total des ventes vers les pays tiers, dépassent 1% à 7% du montant total de l’exportation.

Les animaux légers ou les animaux de forte valeur individuelle (Bovins reproducteurs) sont davantage exportés vers les pays tiers.

Les engraisseurs italiens demandent exclusivement des broutards lourds (+ que 300kg) en provenance de la France. Par contre, il n’y a pas de demandes de broutards d’autres parts dans le monde.

Dans les exploitations européennes autre que la France, la catégorie de broutards est peu exportée. Cependant, les bovins d’abattage et les vaches laitières sont concernés par l’export vif par l’Europe.

Les importantes destinations de bovins vivants au monde sont l’Algérie, Liban et Turquie avec 1,7 million de têtes en 2019. Vers le Moyen-Orient, les destinations européennes de bétail se diversifient en bovins et en ovins, ce qui simplifie l’export vers ces pays.

Le bien-être de l’animal est primordial c’est pourquoi l’exportation de bovins vivants sur de longs trajets est complexe.