Rechercher

Export des bovins vivants

Dernière mise à jour : juil. 19

Lors d’un webinaire du jeudi 28 mai 2020, Germain Milet ‘économiste à l’Institut de l’Elevage’ observe « Du petit veau au veau reproducteur et en passant par les bovins d’engraissement ou les bovins d’abattage, le commerce de bovins vifs est en croissance régulière depuis 2012».



Entre 2012 et 2019, les exportations de bovins vifs ont augmenté de 49 % vers les pays tiers. Le bassin méditerranéen est considéré comme premier importateur de bovins vivants dans le monde. Le marché européen bénéficie de fortes chances pour se démarquer sur le pourtour méditerranéen.


En Europe, seules 7 % des exportations de bovins concernent les broutards (de plus de 300 kg). Tandis que, 55% des exportations de bovins portent sur les broutards (plus de 300kg) en France.


Exporter en vif sur de longues distances est très coûteux avec multiples contraintes. Seuls les bovins reproducteurs ou bovins sevrés et légers permettent d’amortir ces coûts. Cependant, la concurrence reste très forte entre Australie, Amérique du sud et Europe vers les pays tiers.

274 vues3 commentaires